Retour sur la journée régionale d’action pour la santé au travail des femmes

Retour sur la journée régionale d’action pour la santé au travail des femmes

Le 28 mai dernier, CO-RÉSO participait à l’évènement organisé par le Comité Régionale d’Orientation des Conditions de Travail Bretagne à l’occasion de la journée internationale d’action pour la santé des femmes : agir sur la santé au travail des femmes, des enjeux, des bénéfices pour toutes et tous.

Une journée réussie avec de nombreux préventeurs présents. Infirmiers, médecins du travail, psychologue du travail ont fait le déplacement. Les objectifs ont été atteints :

identifier les spécificités de la santé au travail des femmes en région et partager ces constats avec les préventeurs et les entreprises pour agir en prévention.

doter les préventeurs, partenaires sociaux et autres acteurs potentiels d’éléments chiffrés pertinents, d’outils et pistes d’actions concrètes.

L’approche théorique du matin a posé les bases de ce sujet important mais difficile à porter. L’égalité entre les femmes et les hommes en droit n’efface pas les différences sexuées réelles et les préjugés tenaces. En France, la baisse globale des accidents du travail depuis 2001 masque leur progression chez les femmes : + 28% entre 2002 et 2015 (- 15.3% chez les hommes).

Les tables rondes ont permis d’ouvrir vers des pistes de réflexion et des conseils adaptés. La santé au travail des femmes permet surtout lorsqu’elle est bien prise en compte, de susciter des réflexions inexplorées en matière de santé au travail, en évaluation des risques puis en prévention, au bénéfice des travailleuses mais également des travailleurs et, plus largement, de l’ensemble du collectif de travail et de l’entreprise.

Thomas RICHE, assistant social du travail au sein de CO-RÉSO participait à la Table ronde : Comment prévenir les violences sexuelles et sexistes au travail ? Dans la sphère professionnelle, 32% des femmes déclarent avoir subi un harcèlement ou une agression sexuelle sur le lieu de travail au sens juridique du terme. Ce chiffre s’élève à 40% chez les cadres et professions intellectuelles supérieurs. 

Thématiques

Derniers articles

Le 26 juin dernier les adhérents de l’association ont participé à l’assemblée générale 2019

Loi ELAN, les victimes de violences conjugales ne sont plus tenues de payer le loyer après avoir quitté le logement.

MENTIONS LÉGALES Création du site par l'agence blue2i